DU PAIN ET DES JEUX

Rassurez-vous, je ne vais pas vous refaire l’histoire (avec ce titre) de la Rome antique. Et pourtant, ce samedi, si l’on a joué au ping dans la nouvelle salle de Sart, on a aussi eu faim!

Résultat d’images pour croque-monsieur

Le pauvre barman du jour, Pierre Franssen, a dû faire face à plusieurs demandes de pongistes affamés qui auraient volontiers mangé une des délicieuses boulettes habituellement proposées à notre bar. Hélas, les 50 pièces rondes de viande hâchées avaient toutes été dévorées lors de matches joués la veille.

D’aucuns purent se consoler avec l’un ou l’autre sandwiche concocté par l’homme du comptoir qui retrouva, on ne sait où, une baguette, quelques tranches de fromage et de jambon, véritable piège pour les estomacs mais encore et surtout pour les prothèses dentaires que certains anciens utilisent, âge avancé aidant, pour mâcher les aliments. Bon, à la mi-soirée, cela passait encore mais après la douche (froide!) néanmoins vivifiante post interclub, cette fameuse baguette était devenue un véritable danger pour les utilisateurs. Benoit Hardy, ce bourreau minier qui parvint à me battre bien que mené 0/8 à la belle, mon équipier Philippe Bours et moi-même en avons été les victimes consentantes. Puis, tout d’un coup, Jacques Pirard, pilier du comptoir, aide-chef coq d’un soir ,proposa des croques à un euro cinquante la pièce. C’est qu’il avait repéré ces mêts délicieux qui avaient été congelés la semaine précédente.  Pierre, magnanime, se mit donc à les cuire et recuire afin d’assouvir la faim de notre table composée des joueurs de Tiège E *** et de Minerois C. En vérité, nous étions tous devenus des héros de l’anti-gastronomie et je retiendrai de cet après-match l’adage qui dit qu’une bière vaut bien deux tartines. Et à ce petit jeu, les blanches-rosées (pardi quel vilain mélange de couleurs sclessinoises)  et les Val-Dieu ont fait leur effet, sachets de chips si bons pour nos cholestérols à l’appui. Y’a des soirs comme ça où l’on devrait venir jouer avec ses pains préparés à la maison.

 

***Benoit Piron poussa même le désastre à en manger deux…2!

Total Page Visits: 1144 - Today Page Visits: 1