WERE ARE IN PARADISE

C’est avec une semaine d’avance, une ardeur d’avance que je vous avais annoncé la montée de nos équipes premières dames et messieurs en SUPER-DIVISION.

Si je reconnais l’anticipation fautive pour les féminines, je maintiens, , par contre, que les hommes avaient déjà obtenu leur billet au firmament du « ping » belge depuis 8 jours…à la condition, aurais-je dû ajouter, que notre équipe ne déclare pas forfait (donc 0 point) lors d’un des deux derniers matches!

 » Oui mais Vedrin A en super n’est pas encore sauvé….me répétait-on cà et là, et si cette équipe descend en D1, elle y sera remplacée par l’équipe B du club qui se trouve devant Tiège en D1…Et blablabla et blablabla…La polémique était lancée. En fait, je n’ai jamais autant de réactions sous mes articles que je relaie sur notre page Facebook, que quand je commets soit une erreur, voire une approximation.  Formidapppp, comme on dit à Lièchhhe!

Vendredi soir, Vedrinamur a fait match nul contre Cajmir 3-3 et assurait donc sa place parmi l’élite. A minuit, je vous signalais, grâce à Gaëtan Swart, le résultat sur FB.

D1 hommes: Tiège-Tournai 14-2

 

Jonathan et Jordane (4), Pierre-Yves et David (3) ont atomisé Tournai A 14/2 ne laissant rien au hasard. Ils pouvaient ainsi fêter leur montée en Super avec les filles, lauréates quelques heures plus tôt, et avec les joueurs de l’équipe B (victoire en 2me nationale de Tournai B 10-6) et de l’équipe C (succès aussi 10-6 contre le Logis aussi en nationale 2)…

Nous sommes au paradis…

 

L’image contient peut-être : 12 personnes, personnes souriantes, personnes debout

…ai-je titré (allusion faite à la phrase du groupe des sixties « The Kings » dans leur chef d’œuvre Waterloo Sunset)…Mon Dieu (pour rester dans le même espace), quel exploit. Deux équipes du même club, un club de village même, parmi lesquels plein de joueurs du cru ou, à tout le moins de communes proches (Spa, Verviers voire Liège) montent au plus haut niveau du TT national. Il s’agit d’un fait exceptionnel que notre président Michel Delporte expliquera ce soir à TéléVesdre nouvellement appelé VEDIA. Les caméras de notre TV locale ont filmé quelques échanges des dames samedi après-midi, tandis que Didier Nyssen, représentant l’Avenir, venait faire des photos de l’ événement.

TIEGE-DINEZ 9-1  » Super Filles »

L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes souriantes, personnes debout

S’il n’y a pas eu trop de suspens pour venir à bout de cette équipe luxembourgeoise qui nous avait tenus en échec 5-5 au match-aller, c’est pour la simple raison que nos joueuses se sont lancées dans ce match à cœur et palette ouverts. NINA qui avait apporté son aide précieuse les deux semaines précédentes étant indisponible (elle coachait aux internationaux de Belgique pour jeunes à Spa juste à côté), Tiège alignait donc ses 3 jeunes Aurore, Alisson et Maëlle laquelle joua parfaitement son premier match et le gagna face à la première joueuse adverse (B4). Elle ouvrait les portes de l’élite à ses équipières qui restèrent invaincues pour l’emporter 9/1. Un score trompeur, d’autant plus beau que presqu’inutile puisque Schulen était accroché 5-5 à domicile par Oupeye ce qui donne ce classement final: Charlies-Wenduine 58, Tiège 56 et Schulen 55.

ROGER RIKIR (grand-papa, mononcle, chauffeur) a assisté aux 22 matches de « ses » filles. Il est toujours resté optimiste même dans les moments difficiles:  » Oui, je n’ai jamais perdu confiance même quand on s’est incliné deux fois 6-4 contre Wenduine ni lors du match nul à Dinez. Et que dire de notre déconvenue à Lipalet dans le Limbourg avec ce revers inattendu 6-4. Sans la blessure de Maëlle, la saison passée, absente 6 semaines, je crois même que nous serions déjà montés. »

Avis partagé par Aurore, sa petite-fille chérie.

Autre force de l’équipe, son double. Aurore et Alisson l’ont encore prouvé ce samedi quand menées 0/2, elle renversèrent la situation pour s’adjuger le point 3 sets à 2. N’oublions pas qu’elles ont été championnes de Belgique double dames C il y a quelques années.

Pendant que Mäelle fuyait le feu des caméras et des appareils photos et nous confirmait qu’elle resterait la saison prochaine à Tiège, Aurore ajoutait:  » OUI, JP, nous tournerons à 4 joueuses, nous trois plus Marie….(en fait on ne peut pas encore dévoiler le nom de famille, secret de polichinelle), une autre joueuse de la région classée B2. « Confiance aux jeunes » ajouta le président Michel Delporte et si nous sommes en grosse difficulté, nous pourrons toujours demander à Nina (qui est aussi la compagne d’Hervé) de nous venir en aide l’un ou l’autre match.

 

 » En hommes, nous saluerons le retour de GAETEN SWART…qui nous en a fait la promesse. Il sera épaulé par deux de nos quatre B0 qui ont joué cette saison en D1 et ce,  à tour de rôle. Pas de folie, confiance et respect pour nos joueurs » conclut Michel.

 

Un personnage énigmatique!

Nous avons donc baigné dans une félicité collective ce samedi après-midi mais quelque chose m’a personnellement troublé. Derrière les tables, entre les panneaux de séparation, un bonhomme, au demeurant mal rasé, tantôt rieur tantôt inquiet, regardait le match avec intérêt. Visiblement, il n’y connaissait rien au « ping » féminin ni au « ping » tout court, quand à un moment donné, il éprouva les pires difficultés à renvoyer la petite balle blanche qui avait dépassé les limites de l’aire de jeu. J’ai pensé qu’on avait laissé un peu de champ libre au « sot » du village pour autant qu’il restât calme. Mais quel fut mon étonnement quand je vis les joueuses de Tiège venir converser avec lui entre les sets. Renseignements pris, il se nomme Jacques OZER, vous savez celui qui a créé l’Ecole des Jeunes heusytoise dans les années 70/80…La papa de la championne Cécile, recordwoman des sélections internationales, plus de dix fois championne de Belgique et actuelle championne du monde en dames vétérans. Merci aussi à toi, cher Jacky, pour ta présence et tes précieux conseils même si tu n’as servi à rien vu le score final. Mais tu as tellement fait gagner des matches à tes joueuses quand tu étais coach de l’équipe nationale, que je te serre très fort dans mes bras d’amis de toujours.

 

JPH

Jean-Pierre-Heinen---JPH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*